27. févr., 2018

Votre prospection commerciale à partir du 25 Mai 2018

C’est en discutant avec différents dirigeants de TPE et PME que j’ai pris conscience que beaucoup de personnes n’avaient pas encore pris la mesure du changement de certaines habitudes dans leurs activités après la mise en vigueur de la nouvelle réglementation GDPR.

 Dans un fort lointain passé, j’ai exercé le métier de commerciale sédentaire ou plutôt de chargée de clientèle. Je prospectais comme tout à chacun par mes propres moyens.

 A cette époque, internet était à ses premiers balbutiements mais devenait pour moi très utile pour me constituer un fichier de prospects par un copier/coller des noms d’entreprise, d’un contact, adresse, téléphone, mail…… que je dénichais sur des sites web.

 Tout bon commercial sait pertinemment que s’il envoie une publicité vers une adresse généraliste et non nominative comme : info@, contact@, service@, son action sera comme un coup d’épée dans l’eau.

 Autre temps, mais pas autres méthodes. Cette pratique perdure.

 Mauvaise ou bonne nouvelle ? Tout dépend pour qui ?

Dans le cadre de l’article 14 de GDPR si cette collecte de données indirecte permet d’identifier clairement une personne, vous devrez obtenir le consentement de ladite personne avant de lui envoyer un mail ou une newsletter.

Lors d'un contrôle, vous devrez être en mesure d’en apporter la preuve.

Imaginez le nombre de demandes à gérer ! Fastidieux non ?

Et également limiter votre collecte d’éléments à la finalité de votre action

Par exemple : Pour l’envoi d’une newsletter seule l’adresse mail est utile. Oubliez le nom, le prénom, l’adresse…. Vous ne serez pas en conformité.

Puis sécuriser les données à caractère personnelles qui vous sont confiées.

Certains me rétorqueront que si les informations sont publiques, c’est pour être utilisée ! Oui mais peut-être pas pour cette finalité ?

A votre avis, pourquoi les entreprises sont-elles sur internet ?

Tout simplement pour :

  • Être visibles
  • Capter des clients, des partenaires

Mais certainement pas pour que leurs collaborateurs recevoivent un flot journalier de mails de promotion de produits ou de services.

Alors comment faire ?

Pour les plus audacieux, décrocher leur téléphone et essayer d’obtenir un rendez-vous.

Pour les moins téméraires comme moi, l’échange de cartes de visites lors de soirée networking ou l’envoi de plaquettes.

 Sinon pour trouver des idées plus originales, à vos post-it pour un « remue-méninges » avec votre équipe commerciale.

 Et je ne vous ai pas encore parler du profilage et de la gestion des cookies de votre site web !

 Si vous ne respectez pas la réglementation dans le cadre d’un contrôle la note sera très « salée » : 20 millions d'euros ou 4% de votre Chiffre d’Affaire mondial.

 Alors que décidez-vous ?

 Pour en savoir plus sur la Réglementation ou sa mise en application , Quality Management est à votre écoute.